Bas

Accueil > Nos Publications > Revue de Presse

fontsizedown diminuer le texte
fontsizeup augmenter le texte
Enregistrer au format PDF Format pdf
impression Impression

Bourse : Orange va-t-il détrôner les banques françaises ?

Orange

lundi 30 juillet 2018

Selon Morgan Stanley, le succès d’Orange bank, filiale de l’opérateur télécoms, pourrait bien faire de l’ombre aux établissements historiques. La banque américaine a donc réduit ses objectifs de cours sur BNP Paribas, Société Générale et Crédit Agricole. Elle est, en revanche, très positive sur l’action Orange.

Les analystes de Morgan Stanley ont publié une étude portant sur les conséquences pour les banques historiques du lancement d’Orange bank, filiale à 65% de l’opérateur télécoms et à 35% de Groupama.

Selon eux, l’arrivée d’Orange bank signale une nouvelle phase de compétition sur le marché français, qui accentue la « disruption » dans le secteur bancaire français.

Le changement du comportement des clients vers le digital et la banque à distance, ajouté à une réglementation plus favorable au transfert de compte, favorisent les nouveaux entrants. Orange compte déjà plus de 100.000 clients bancaires depuis le lancement de son offre en novembre 2017.

Selon la banque américaine, ce rapide succès s’explique par un portefeuille de 27,5 millions d’abonnés français dans les télécoms et 637 points de vente sur le territoire, une marque inspirant la confiance, un bilan solide et une technologie crédible.

Le succès d’Orange bank devrait peser sur les revenus et la rentabilité des banques

En limitant la conquête à 2 millions de clients et 400 millions d’euros de chiffre d’affaires à l’horizon 2027, l’impact sur les banques classiques peut paraître limité, alors que les revenus des activités de banque de détail s’élèvent en France à près de 63 milliards d’euros.

Mais d’autres acteurs comme Revolut, N26, Axa banque ou ING Direct, s’attaquent aux niches les plus rentables du secteur bancaire, comme les prêts à la consommation, ou des activités commissionnées dont la gestion d’actifs et l’assurance.

Cette nouvelle pression concurrentielle vient s’ajouter pour les banques classiques à des besoins d’investissements supplémentaires dans les services en ligne.

En conséquence, les analystes de Morgan Stanley ont réduit de 2% à 6% leurs anticipations de résultats sur les banques françaises pour la période 2020-2021.

Ils ont aussi diminué leurs objectifs de cours, de 70,30 à 68,30 euros sur BNP Paribas (avis positif sur l’action), de 47 à 45 euros sur la Société Générale (avis « neutre ») et de 14,60 à 14,50 euros sur Crédit Agricole (opinion « neutre »).

En revanche, les perspectives favorables d’Orange bank confortent l’avis positif de Morgan Stanley sur l’action Orange, avec un objectif de cours à 20 euros.

Source :  lerevenu.com (24 juillet 2018)

Contact :

  • UNSA Orange
  • mél : orange@unsa.org
  • tél. : +33 (0)6 43 58 04 45
Haut