Accueil > Nos Publications > Revue de Presse

Prévenir le burn-out avec le jardinage

Social/France

jeudi 15 mars 2018

La jardinothérapie contre le burn-out

La jardinothérapie ou se soigner en pratiquant le jardinage peut sembler un peu utopique, et pourtant, il n’en est rien. Il ne s’agit pas de remplacer tout traitement médicamenteux par une binette et des sachets de graines, non, mais il faut voir cette activité extérieure comme une occupation à pratiquer idéalement en groupe, permettant de s’apaiser et de parvenir à mener à bien un projet à plusieurs, ce qui, généralement a été sapé justement sur le lieu de travail via l’exclusion sociale.

Lorsqu’on travaille la terre, qu’on est exposé à l’air extérieur et aux caprices de la météo, naturellement, une stimulation sensorielle du corps et de l’esprit se développe. Faire pousser une plante contribue indubitablement à renforcer l’estime de soi puisqu’il s’agit d’une réussite, de l’aboutissement d’un projet, qui sont justement des objectifs que la personne ne se sentait plus capable d’atteindre. Le patient victime de burn-out renoue ainsi petit à petit avec la confiance, d’une part et l’importance de son propre rôle social, d’autre part.

Pourquoi pensez-vous que de plus en plus d’entreprises créent, dans l’enceinte de leurs espaces de travail, non seulement des lieux de convivialité avec canapés, baby-foot et autres activités de bien-être, mais également des espaces extérieurs – parfois des toits-terrasses végétalisés – aménagés en jardins potagers ou de détente ? Au-delà d’une réponse aux enjeux environnementaux, les DRH ont compris qu’un salarié moins stressé, non sujet au burn-out, sera plus heureux et donc plus productif. D’autant que les arrêts de travail ont un coût énorme pour l’entreprise et la société dans son ensemble.

Le jardinage bénéfique aussi pour les soignants

Les soignants des professions médicales et para-médicales développent un investissement personnel et affectif conséquent dans leur travail. Comme les structures hospitalières et les Ehpad en demandent toujours davantage à cette catégorie de personnel, une sensation de ne pas parvenir à remplir sa mission, une impression de travailler de façon déshumanisée et une insensibilité se dessinent, menant tout droit au burn-out.

Jardiner pour éviter le burn-out

Des études ont montré que dans les établissements de soins disposant de jardins aménagés, l’épuisement émotionnel professionnel du personnel soignant était moindre, preuve que le jardin offre une opportunité de ressourcement, de fraicheur, d’optimisme, de positivité, à ne pas négliger.

En outre, le jardin ignore les différences socio-économiques et favorise l’échange, la transmission entre générations…de quoi faire retomber la charge émotionnelle et relâcher la pression qui rejaillit sur la vie familiale et personnelle.

De très nombreuses expériences ont été menées par des étudiants, par des chercheurs et autres professionnels thérapeutes, si bien qu’aujourd’hui des jardins thérapeutiques éclosent dans toutes sortes de structures tandis qu’un business se crée uniquement autour de la prévention de l’épuisement par la médiation végétale ou dans le but d’obtenir des marchés de création et d’accompagnement de jardins à visée thérapeutique..

Source : Lemonde.fr (12 mars 2018)

Contact :

  • UNSA Orange
  • mél : orange@unsa.org
  • tél. : +33 (0)6 43 58 04 45
Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Extranet | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL