Accueil > Nos Publications > Revue de Presse

Quelle serait la retraite des fonctionnaires si leur pension était calculée comme dans le privé ?

Social/France

jeudi 15 mars 2018

En prenant en compte les primes, l’Ifrap estime que les fonctionnaires ne perdraient plus que 7% en moyenne si leur régime de retraite était aligné sur celui du privé. - Eric Piermont / AFP

En alignant le système public sur celui du privé, les fonctionnaires perdraient en moyenne entre 179 et 489 euros par mois sur leur pension de retraite, selon les scénarios. D’après cette étude menée par l’Ifrap, un think tank libéral, les petites rémunérations seraient gagnantes et les plus importantes, perdantes.

Après l’apprentissage, la formation professionnelle et l’assurance-chômage, le gouvernement s’attaquera dans les prochains mois à la réforme du système de retraite. Celle-ci doit être bouclée d’ici l’été 2019. Candidat, Emmanuel Macron avait promis de fusionner les régimes existant pour créer un système où ’chaque euro cotisé donne lieu aux mêmes droits’. 

Dans une étude publiée ce lundi, le think tank libéral l’Ifrap (Fondation pour la recherche sur les administration et les politiques publiques), a estimé que les fonctionnaires bénéficieraient d’une pension 21% plus faible en moyenne, si le calcul de leur retraite était le même que celui du privé. 

L’étude a été réalisée à partir d’un échantillon de plus de 4000 fonctionnaires d’Etat nés entre 1954 et 1962. Aujourd’hui, ils perçoivent en moyenne 27.847 euros de pension par an. Avec le mode de calcul du privé, leur pension serait de 21.975 euros en moyenne, soit 489 euros de mois par mois. 

argent

Des résultats différents de ceux du COR

Ces résultats diffèrent de ceux du Conseil d’orientation des retraites (COR), un organisme indépendant qui fournit des études sur les retraites au Premier ministre. Un document de travail de 2015 stipule que, si les règles du privé leur étaient appliquées, les fonctionnaires d’Etat percevraient ’un montant de pension proche en moyenne’ de celui qu’ils touchent avec les régimes publics, avant d’ajouter :

’Les règles du privé s’avéreraient plus avantageuses que celles du public pour un peu plus de la moitié des fonctionnaires nés en 1958, et moins avantageuses pour l’autre moitié des cas.’

1,6 milliard d’économies par an

Ces différences de résultats entre les deux organismes s’expliqueraient pas des choix de méthodologie. Le COR prend en compte les personnes ayant cotisés à plusieurs régimes de retraite au cours de leur vie et intègre les primes perçues par les fonctionnaires, ce qui n’est pas le cas dans l’étude de l’Ifrap, a expliqué sa directrice Agnès Verdier-Molinié dans les colonnes du Figaro ce lundi.

’Nous souhaitions montrer quel serait le résultat lorsque l’on excluait du calcul les primes pour lesquelles les agents de la fonction publique cotisent pas’, a-t-elle précisé. Dans ces conditions la fondation estime que l’Etat pourrait réaliser 1,6 milliard d’euros par an d’économies en faisant converger les systèmes de retraites, primes exclues. 

En prenant en compte les primes, l’Ifrap estime que les fonctionnaires ne perdraient plus que 7,7% en moyenne si leur régime de retraite était aligné sur celui du privé, soit 179 euros par mois. Les deux tiers des fonctionnaires seraient désavantagés. Ce serait le cas notamment pour un professeur certifié de 60 ans, cadre de catégorie A et entré dans la fonction publique en 1982, qui perdrait 337 euros par mois sur sa pension. À l’inverse, un fonctionnaire de catégorie C, entré en 1978, gagnerait plus de 58 euros par mois, selon la fondation. 

Source : bfmtv.com (12 mars 2018)

Contact :

  • UNSA Orange
  • mél : orange@unsa.org
  • tél. : +33 (0)6 43 58 04 45
Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Extranet | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL