Accueil > Nos Publications > Revue de Presse

Un robot pour supprimer les interactions sociales

Social/France

mardi 17 octobre 2017

Le Mobile Personal Space (MPS) de l’Université de Gifu au Japon est une coquille robotisée destinée à protéger les personnes angoissées par les contacts sociaux. Une fois que vous êtes à l’intérieur, vous n’interagissez plus avec les gens à l’extérieur que grâce à des caméras et des écrans LCD.

Croyez-le ou non, il y a des gens qui ont une peur bleue du contact avec les autres. Et cela a même un nom : il s’agit de troubles du spectre autistique.

S’il y a eu de nombreuses recherches visant à améliorer les capacités cognitives des personnes atteintes par cette maladie, les chercheurs du Japon ont choisi de tenter une approche complètement différente, celle de créer un « environnement de communication confortable » baptisé Mobile Personal Space (MPS).

Se couper des gens pour ne plus craindre leur rencontre

Le MPS est une sorte de coquille qui enferme complètement un individu souffrant d’anxiété sociale. Une fois que vous êtes à l’intérieur, vous ne pouvez voir personne et personne ne peut vous voir.

Si vous voulez vous déplacer, il suffit de marcher vers l’un des murs et une caméra de suivi fera bouger l’ensemble de la coque avec vous grâce à des roues omnidirectionnelles. L’interaction avec le reste du monde est assurée par des caméras et des écrans LCD.

Parler à des avatars animés des gens au lieu de les avoir en face à face

La version finale du MPS aura un écran de chaque côté (c’est-à-dire à l’intérieur et à l’extérieur) de chaque mur, bien que pour ce prototype les chercheurs se soient contentés de mettre un seul écran à l’intérieur d’un mur, avec une caméra d’accompagnement qui filme l’extérieur.

Mais ces écrans et caméras sont bien plus qu’une simple séparation physique d’avec le monde extérieur. En effet, grâce à la reconnaissance faciale, le logiciel transforme l’image de la personne filmée à l’extérieur en un avatar animé, en mimant même les expressions de son visage et ses mouvements.

Ce changement d’apparence est censé réduire l’anxiété sociale dans une situation qui serait autrement un face à face avec une autre personne.

Des tests préliminaires pas concluants… mais encourageants !

Les chercheurs ont pu mener une « expérience psychologique préliminaire » avec leur prototype de MPS, mais les résultats n’étaient « pas bons », a déclaré l’auteur, Kazunori Terada, lors de la conférence IROS de Vancouver.

Les sentiments de confinement, de peur de l’autre et de tristesse (quand une conversation ne se passait pas bien) ont augmenté significativement lors des tests. Par contre, le flux de parole au cours d’une interaction a presque doublé, ce qui suggère que quelque chose dans le MPS pourrait améliorer les communications d’une façon ou d’une autre.

Source : lfredzone.org (15 octobre 2017)

Contact :

  • UNSA Orange
  • mél : orange@unsa.org
  • tél. : +33 (0)6 43 58 04 45
Site réalisé avec SPIP | | Plan du site | Extranet | Suivre la vie du site RSS 2.0
Habillage visuel © digitalnature sous Licence GPL